DRaaS, une solution de PRA dans le Cloud

 

Comment le DRaaS (ou PRA as a Service) fonctionne-t-il ?

Schématiquement, le DRaaS utilise plusieurs principes :

  • Tout d'abord, l'utilisation de solutions de réplication des données en continu dans le Cloud.
  • Les technologies de virtualisation qui permettent d'avoir des images dormantes des serveurs de l'entreprise dans le Cloud .
  • Et le principe de la veilleuse dans un chauffe-eau : un ou quelques serveurs sont actifs dans le Cloud (les autres sont dormants) ; dès que vous avez besoin de les activer, vous réveillez les serveurs dormants : cela peut prendre de quelques minutes à quelques heures suivant les solutions et les prestataires de Cloud.

Les différents modèle de DRaaS (PRA as a service)

Il existe schématiquement deux modèles de DRaaS :

  • Le DIY (Do It Yourself) : l'entreprise construit et intègre les différentes briques nécessaires et les administre.
  • Le modèle service : c'est un tiers (prestataire spécialisé) qui offre une solution complète et administrée en ayant intégré les composants dans un Cloud et en offrant une garantie de reprise.

Actuellement l'offre est très orientée DIY, c'est à dire qu'il faut choisir l'ensemble des briques individuellement :

  • offreur de Cloud (public accessible par Internet ou via un réseau privé)
  • solution de CDP pour répliquer les données dans le Cloud
  • confidentialité des données (solution de cryptage, mais qui détient les clefs ?)
  • télécom permettant la synchronisation puis la bascule en production
  • ...

A terme, les PME se tourneront certainement vers des offres de type service quand ces offres seront visibles sur le marché européen. 

Les avantages du DRaaS (PRA as a service)

L'idée est d'utiliser la simplicité du Cloud et son modèle économique pour offrir une solution de secours informatique. Les points majeurs de cette approche sont ceux que l'on retrouve globalement dans le Cloud : Avantages-draas

  • Modèle économique : paiement à la consommation de l'espace disque répliqué mais pas de coût relatif aux VM inactives.
  • Elasticité de la démarche : possibilité d'étendre et de réduire le périmètre (et le coût) du PRA par « quelques clics ».
  • Mutualisation des ressources : adaptée à des délais de redémarrage en quelques heures grâce aux techniques de virtualisation

Un PRA as a Service doit s'inscrit dans une démarche continue de sauvegarde, de tests de restauration et de mise à jour de l'environnement sauvegardé.

Les principales limites des solutions DRaaS (PRA as a service)

Elle sont à ce jour : 

  • Le choix des OS couverts : ainsi, si les architectures X86, Linux sont évidemment couvertes, les solutions permettant de couvrir des OS de mainframe (Z series, ...), UNIX propriétaires (AIX, HP/UX ...) ou OS/400 sont plus limitées.
  • La prise en compte de certaines architectures télécoms spécifiques (VLAN, ...) .
  • Le besoin de débit télécom qui peut être encore coûteux dans des zones mal desservies

En fait, les solutions DRaaS ont surtout comme cible les PME/PMI et entreprises moyennes et non les très grandes entreprises ou organisations (plusieurs milliers de serveurs)

 


Copyright Ysosecure © 2002 - 2018