PRA dans le Cloud : les différentes approches

Plan de Reprise d'Activité dans le Cloud (PRA cloud) : les différentes solutions

Un entreprise peut-elle aujourd'hui envisager un système d'information sans plan de reprise d'activité en cas de sinistre ou d'incident grave ? Cela devient de plus en plus improbable en regard de la criticité des applications métier.

Ainsi la notion de Plan de Reprise d'Activité dans le Cloud génère pas mal de buzz, et non sans raison : c'est une approche novatrice, convaincante et financièrement attractive permettant une récupération rapide du SI. Cependant, ce battage médiatique génère une confusion sur ce que recouvre le PRA dans le cloud.

La caractéristique essentielle de tout PRA dans le cloud, c'est la capacité à redémarrer tout ou partie du système d'information à partir de l'infrastructure hébergée chez un prestataire du Cloud.

Les différents modèles de Plan de Reprise d'Activité dans le Cloud

Le terme PRA dans le cloud recouvre des solutions différentes que l'on peut répartir en trois catégories:

Le modèle DRaaS (que l'on pourrait traduire comme PRA as a Service) :
Il s'agit d'offres industrialisées par des prestataires (comme la solution de PRA Cloud de Nuabee, Zetta, Zerto Virtual Replication, ..)  qui fournissent des services de bascule vers un environnement de cloud computing :

  • Les données sont envoyées dans le cloud soit par des mécanismes de réplication asynchrone (de type Veeam, Double Take ou Arcserve UDP HA) ou par des mécanismes de sauvegardes. Evidemment le choix d'une solution ou l'autre aura des impacts sur le RPO (fraicheur des données lors du redémarrage) et la taille des tuyaux nécessaires. Les RTO sont souvent dans ces solutions d'environ 1 à 4 heures avec des RPO qui vont de 15mn à une journée.
  • Le principe est évidemment basé sur le paiement à l'usage qui est le principe même du cloud avec néanmoins des différences importantes suivant les prestataires. La facturation est surtout liée à la volumétrie de stockage nécessaire, le nombre de VM nécessaire pour le redémarrage (elles doivent être réservées), les VM actives pour faire fonctionner la réplication ou la sauvegarde (les VM inactives ne sont pas facturées).

Le modèle « fait maison » :

il s'agit dans ce cas d'utiliser l'infrastructure de Cloud (public ou privé) d'un ou plusieurs fournisseurs pour construire un PRA. Mais c'est à vous de monter l'ensemble des briques pour faire fonctionner le PRA et de les administrer.

La reprise après sinistre d'un Cloud vers un Cloud (Cloud-to-Cloud Recovery) :

En fait il y existe 2 cas différents :

  • Soit il s'agit pour un même prestataire, d'offrir lui-même une solution de PRA avec réplication des données (et dans ce cas on parle de secours de secours) : à ce jour de nombreux prestataires de Cloud offrent ce service, qui a évidemment un coût.
  • Soit il s'agit de la capacité de redémarrer les infrastructures d'un cloud vers un autre cloud, que ce soit dans l'environnement d'un fournisseur unique ou à travers de multiples fournisseurs.

Les risques de confusion

Enfin il ne faut pas confondre le PRA dans le Cloud avec

  1. La sauvegarde de vos données dans le Cloud, car dans ce dernier cas vous devez trouver une infrastructure pour redémarrer votre SI, seules vos données sont externalisées dans le Cloud.
  2. La haute disponibilité dans le Cloud, qui est l'utilisation d'un cloud en mode actif/actif en complément de votre propre infrastructure avec redémarrage en quelques minutes ou dizaines de minutes. Dans ce contexte, l'ensemble de vos VM sont actives dans le cloud et sont donc facturées (et l'intérêt financier est limité).

Copyright Ysosecure © 2002 - 2018